Histoire de Seignosse

1990 – 2005

1990 : Les joueurs de pelote Sandres et Laroquette du Club des Ecureuils sont champions de France – mur à gauche et vont jusqu’en demi-finale du Championnat de France – Trinquet (4).

1993 : Inauguration de la grande croix – haute de 7,60 mètres – de l’Eglise Sainte-Thérèse du Penon (7).

1994
 : Débuts de la construction des autres bâtiments du village de vacances : Les Violettes (les travaux s’étalent aussi sur l’année 1995).

1995: Construction du clocher de l’Eglise Sainte-Thérèse du Penon (7). Ouverture de la maison Seignossaise d’Acceuil pour les Personnes Agées – la MAPA l’Alaoude – grâce à M. Maurice Ravailhe, lors de son dernier mandat ; elle sera médicalisée sous le mandat municipal de M. Ladislas de Hoyos (4).

1997 : En juin, le nouvel et actuel Office de Tourisme de Seignosse ouvre ses portes.

1999 : Livraison et lancement du parc aquatique de Seignosse le Penon : l’Atlantic Park. Ce site paysager de 4 ha comporte 2 800 m2 de bassins, et une aire de jeux et de loisirs (7). C’est aussi l’année de la terrible tempête du 27 décembre.

2000 : Inauguration de la salle André Vidal, – l’ancienne mairie de Seignosse -, en hommage au peintre qui a décoré la fresque de la salle du Conseil municipal, représentant le travail landais et la vie forestière de l’époque (7).

2001 : Décès de l’ancien maire de Seignosse, Maurice Ravailhe, alors âgé de 79 ans (7).
Election de Ladislas de Hoyos au poste de Maire de Seignosse.
Création de la Communauté de Communes Maremme-Adour-Côte-Sud – MACS – dont Seignosse fait partie.
Organisation du Championnat des Landes de surf par le Multiglisse Seignosse Surfclub (7).
Inauguration, en septembre, du village de vacances ATSCAF rénové (7)
Lancement de la radio Côte Sud FM (7).

2002 : Organisation de la coupe de France de surf par le Multiglisse Seignosse Surfclub (7). Quelques mois après, le 13 novembre, alors qu’il se trouve à quelques kilomètres des côtes de Galice, au nord-ouest de l’Espagne, le pétrolier « Le Prestige » est pris dans une forte tempête et subit une déchirure de sa coque. Pris en remorque pour être éloigné de la côte, il finit par se briser en deux le mardi 19 novembre à 8h, coulant par 3500 mètres de fond. Il contient environ 70 000 tonnes de fuel (lourd, extrêmement visqueux, et toxique), soit près de 3 fois la cargaison de l’Erika.

2003 : En janvier, les premières traces de pollution du « Prestige » atteignent la France, dans les Landes, jusqu’à toucher toute la façade atlantique, désormais exposée à une marée noire, plutôt diffuse, mais aussi imprévisible, du fait de la quasi-impossibilité de surveiller les nappes. Très tôt, la municipalité de Seignosse organise le ramassage des boulettes sur les plages, tout en publiant quotidiennement des bulletins d’information. Cet été-là, la fréquentation de l’Atlantic Park dépasse tous les records. Mais en juillet 2003, un incendie brûle 300 ha sur les communes de Seignosse et Soustons (7). OUverture de la piste cyclable bi-directionnelle vers Soorts-Hossegor (7). Inauguration de l’extension du Groupe scolaire (7).

2004: Ouverture et inauguration d’une salle de réception, équipée, sur le site du Hall des Sports1 (7). Inauguration en avril de la piste cyclable, est-ouest bi-directionnelle, vers le Penon, en bordure de la route départementale 79, entre les routes départementales 86 et 89 (7) . Ouverture et inauguration de la station de compostage des boues (7).

2005 : du 4 au 7 mai – Seignosse fête le centenaire de la Côte d’Argent, par une exposition photo sur le village de Seignosse, hier et aujourd’hui, accompagné de la publication de l’ouvrage écrit pas Véronique Labégorre et édité par l’ACS « Les Seignossais se souviennent ». La ville accueille également la caravane de la Côte d’Argent. Du côté du Penon, les installations de pompage d’eau de mer (le wharf) sont détruites.

NOTES

(1) D’après la Monographie de Seignosse de Victor Montiton Collection dirigée par M.-G. Micberth – Monographies des villes et villages de France. Editions Le livre d’histoire – Lorisse, Paris 2002.
(2) Sources : Archives Départementales des Landes. ,
(3) D’après le chapitre de Ch. Vaillant « Le rail dans les Landes », publié dans « Les Landes entre tradition et écologie » Actes du XLV? Congrès d’Etudes Régionales de la Fédération Historique du Sud-Ouest, tenu à Sabres, les 25 et 26 mars 1995, à l’invitation de la Société de Borda et du Parc naturel régional des Landes de Gascogne. Ces actes ont été publiés avec le concours du Ministère de la Culture et de la Francophonie, de la Direction des Archives de France, de la Direction Régionale des Affaires Culturelles. Bordeaux 1996.
(4) D’après des recherches effectuées par Henri Fayet (voir également ses témoignages dans les chapitres 1,2 et 4).
(5) D’après le témoignage de Loulou Graciet (voir aussi les chapitres 1 et 2).
(6) D’après les témoignages de Régine Clet, Raymonde Hiquet, Loulou Graciet, Georgette Castets, Henri Fayet et Pierre-Jean Loustalot.
(7) D’après les diverses publications de la municipalité – Seignosse Magazine – et de l’office de tourisme de Seignosse.
(8) D’après le bulletin n°6 : Visite-Etude de la Sadipac – Seignosse 1995. (Sadipac : Association pour la Sauvegarde et la Diffusion du Patrimoine Culturel du Sud-Ouest des Landes).
(9) D’après l’étude de Liliane Larroque-Chounet : « L’environnement touristique de la côte sud des les Landes ( 1830 – 1940) », présentée lors des actes du colloque : « Le littoral gascon et sa vocation balnéaire » – Société Historique et Archéologique d’Arcachon et du Pays de Buch. Cap-Ferret – Juin 1999.
(10) Lire également le chapitre 7 : L’aventure du Penon. Voir aussi l’annexe 7.